FORUM Vaginisme et Vulvodynies Index du Forum

FORUM Vaginisme et Vulvodynies
Le vaginisme et les vulvodynies sont des maladies taboues qui touchent les femmes. Douleurs lors des rapports sexuels ou pénétration impossible ou douloureuse, venez nous rejoindre ! Soutien, exercices... Tout pour s'en sortir !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 





 Bienvenue ! 
Une étudiante en psychologie recherche une personne sur Paris pour un entretien, dans le cadre de son mémoire.
Voir ici: http://forum-vaginisme.xooit.com/t5032-participer-une-recherche-universitaire-sur-les-vaginismes.htm#p251831
Guérie :)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM Vaginisme et Vulvodynies Index du Forum -> Les témoignages de guérison -> Guéries du vaginisme
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Méla
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2014
Messages: 89

MessagePosté le: 30/10/2017 12:22:22    Sujet du message: Guérie :) Répondre en citant

Bonjour à tou.te.s,

Je partage ici mon témoignage, même si je ne suis plus très active sur le forum depuis un moment. J'ai longuement raconté ma vie, mon parcours, dans ma présentation. Je ne vais pas reprendre ici le pourquoi du comment du vaginisme. Pour faire simple, j'ai 30 ans, je suis vaginique primaire depuis près de 14 ans (dès la première tentative) et ce problème est en voie de disparition. J'ai eu la chance immense dans mon parcours de vie, de rencontrer mon compagnon actuel, juste après une rupture très douloureuse. Cela fait cinq mois que nous sommes ensemble et que nous travaillons ensemble sur mes phobies. Je ne prétends pas avoir trouvé la solution magique qui marchera pour chacune mais si mon témoignage peut-être utile je le partage volontiers.

L'hiver dernier, une rupture amoureuse m'a à la fois brisée et donné un coup de pied magistral aux fesses : cette séparation n'étais pas vraiment liée à mon vaginisme, mais à un problème plus global de communication. Je suis absolument nulle pour exprimer ce que je ressens, et mon n'ex n'était pas plus doué que moi. Un problème en a entraîné un autre, jusqu'à la fin de la relation. A cette période, je me suis dit : "ok, tu vas devoir avancer, trouver des moyens de mettre un pied devant l'autre et de devenir celle que tu souhaites". Cela passait par résoudre mon problème de vaginisme.

J'ai donc commencé une thérapie par l'hypnose, avec un praticien extraordinaire. On a tout de suite été sur la même longueur d'onde et je lui ai fait confiance. On a beaucoup parlé et depuis l'hiver dernier, j'ai fait en moyenne une séance d'hypnose par mois. Il me laissait revenir quand je le souhaitais, nous ne programmions pas de rendez-vous à l'avance. Il ne m'a pas promis de guérison au bout de tant et tant de séance. Le but c'était que je m'écoute et que j'avance sur mes blocages en venant le voir quand j'avais besoin d'aide pour faire sauter un verrou. J'avais besoin de temps entre les séances pour ressentir ce qui s'était déplacé en moi, pour résoudre mes conflits avec mon entourage, pour mettre des mots sur mes émotions, et pour me reposer aussi ! Car un tel travail sur soi est épuisant.
Du coup, si j'ai un conseil à donner c'est de choisir un.e thérapeute avec qui vous vous sentez le mieux possible ! Une question aussi complexe et intime ne peut pas se résoudre si vous ne vous sentez pas à l'aise avec la personne qui vous suit. Plus que le mode de thérapie (kiné, sexologie, hypnose, acupuncture...), je pense que c'est l'interlocuteur qui compte. C'est un choix précieux, une question de feeling.

Ensuite, j'ai avancé, petit à petit. Je me suis remise de la rupture, doucement, autant que possible. J'ai apprivoisé à nouveau la joie et le bonheur, j'ai réalisé des petits challenges personnels. Je me suis faite tatouer près de l'aine, pour surmonter ma peur de la douleur et par envie de marquer ma peau de cette incroyable période que je vivais. J'aime follement ce tatouage et il a reboosté l'image que j'avais de mon ventre. Je me félicite du courage que j'ai eu a affronter une de mes grosses phobies (l'aiguille). Toute victoire, tout pas en avant (en rapport avec le vaginisme ou non) compte dans son estime de soi. Il y a des petits combats faciles à mener mais dont les victoires apportent énormément de bien être et mettent dans de meilleures conditions pour résoudre le reste ! C'est exactement ça qui m'est arrivée.

Quand je suis tombée amoureuse de celui qui est actuellement mon compagnon, j'avais réglé quelques problèmes, névroses en rapport avec ma famille, rapport à la mère, phobies... mais pas d'avancées en matière de vaginisme. Je travaillais avec les dilatateurs et la motivation me manquait pour m'y mettre sérieusement. Et il a débarqué dans ma vie. Il m'a tout de suite plut, j'étais partagée entre mon besoin de le voir, de vouloir le séduire et la peur du rejet. Après une ou deux semaines intenses de jeu du chat et de la souris, on a décidé de se mettre ensemble. Je ne savais pas comment gérer le fait de lui dire, mais il a compris très vite, même avant notre premier rapport sexuel, que j'avais une grosse "zone d'ombre".
Je lui ai craché le morceau pour m'en débarrasser, après un départ de relation sexuelle qui m'a paniquée. Il a été très compréhensif, c'était parfait. En plus il avait déjà entendu parler de vaginisme, il avait déjà eu plusieurs exes et pas mal d'expérience en matière de sexe. Il connaissait bien le corps des femmes et il était curieux de tout, sans préjugés. Il parlait énormément et il me poussait à verbaliser. C'est tellement important de communiquer, de dire ce qui va, ce qui ne va pas, comment pourquoi. D'expliquer à l'autre...

C'est comme ça qu'on a avancé, côté sexe. En communiquant et en avançant petit par petit. Je lui ai parlé de mes dilatateurs, lui de ses expériences précédentes et de comment il pensait pouvoir m'aider. On a testé des choses, dans le respect l'un de l'autre, en vérifiant régulièrement que je n'avais pas mal : un doigt à l'entrée, avec massage. Identification de la zone douloureuse. Surprise ! il n'avait pas besoin de me toucher l'entrée pour que j'ai mal, le simple fait de le sentir m'approcher me crispait. Une fois que j'ai compris ça, on a pu avancer. De la tendresse. L'entrée d'un doigt qui ne bouge pas. Des paroles rassurantes. Un massage interne cette fois pour apprivoiser les muscles bloqués... Puis, quelques semaines après, deux doigts. Tranquillement, sans précipitation. Et encore quelques temps plus tard, une pénétration qui nous a surpris par sa "facilité" : en cinq minutes, après quelques tiraillements moindre, tout est passé alors que quelques mois plus tôt il était inenvisageable de rentrer ne serait-ce qu'un doigt sans forcer.

Des craintes, encore, que ça n'ai fonctionné que par accident. Et des preuves que non, que le problème était bien en voie de résolution : une seconde fois, une troisième fois, l'arrivée timide du plaisir, la complicité forte, la parole de plus en plus libre. Aujourd'hui je sais que je suis une presque exe-vaginique, même si je porterai les stigmates de cet état encore longtemps. Mais je me connais un peu mieux et je sais comment les apprivoiser.

Voilà ce qui a fonctionné pour moi, une thérapie avec un spécialiste compétent et sur la même longueur d'ondes, un amoureux attentionné et volontaire pour m'aider, du temps, de la patience et de la volonté. Une chance que mon chéri soit aussi sur de lui en matière de sexe (ça n'était pas le cas des précédents). Je crois maintenant que la connaissance de son corps et de son plaisir, en plus de la connaissance de l'autre sont essentielles. Il n'y a pas de problème à ne pas savoir ou savoir faire, pas de honte non plus : il y a toujours moyen d'apprendre, en parlant, testant, ou même en s'adressant à des sexologues pour avoir des explications et des aides.

J'espère que cela aura apporter des renseignements à certaines n'hésitez pas à me poser des questions, je répondrai volontiers sur mes tests et expériences.
Bon courage à toutes, et encore une fois : même si je n'y croyais pas moi-même, ça se soigne, on peut en guérir, ce n'est pas un mal inéluctable !
_________________
2016 : D4 : ok une fois sans douleur !
D5 : un tiers...
Régression
Perte de motivation
Retour à D2
2017 : ok, on y retourne.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 30/10/2017 12:22:22    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
SailorMoon
Nouveau membre

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2017
Messages: 30

MessagePosté le: 09/11/2017 13:09:20    Sujet du message: Guérie :) Répondre en citant

Merci Méla pour ce témoignage qui donne de l'espoir

Je suis d'accord avec toi que le choix du thérapeute est important. On doit pouvoir tout lui dire, sans retenue.

Ton histoire d'amour me fait rêver, j'aimerai rencontrer un homme aussi compréhensif, patient et capable de m'aider. Je reprend espoir car je vois que ça existe

Belle route à vous 2
_________________
10/10/17 1er rdv avec la kiné
12/10/17 2ème rdv et 1ers exercices pratiques
30/10/17 3ème rdv
02/11/17 4ème rdv, 1 doigt \o/
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 24/11/2017 12:06:50    Sujet du message: Guérie :)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM Vaginisme et Vulvodynies Index du Forum -> Les témoignages de guérison -> Guéries du vaginisme Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com