FORUM Vaginisme et Vulvodynies Index du Forum

FORUM Vaginisme et Vulvodynies
Le vaginisme et les vulvodynies sont des maladies taboues qui touchent les femmes. Douleurs lors des rapports sexuels ou pénétration impossible ou douloureuse, venez nous rejoindre ! Soutien, exercices... Tout pour s'en sortir !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 





 Bienvenue ! 
L'association Les Clés de Vénus propose des rencontres à divers endroits. Formulaire à remplir et affaire à suivre ici: http://forum-vaginisme.xooit.com/t3591-Les-rencontres-organisees-par-l-association.htm?start=20#p249964
Le "lâcher prise"

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM Vaginisme et Vulvodynies Index du Forum -> Vestibulodynie -> Vos méthodes de guérison.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Occa
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2014
Messages: 95

MessagePosté le: 03/01/2016 22:20:52    Sujet du message: Le "lâcher prise" Répondre en citant

Hello hello,

un mot qui revient souvent dans la bouche des professionnels de santé et les personnes qui me connaissent (sans savoir que j'ai cette maladie...), c'est que je dois LACHER PRISE.
Que ce "lâcher prise" serait une partie de la solution à mon problème et donc un pas vers ma guérison.

Ok... et comment ?

On me dit que j'ai tendance à tout vouloir contrôler... on me dit de déconnecter le cerveau... de penser moins... etc !
Sur la question du contrôle, je ne pense pas chercher à tout contrôler... en fait, je ne saisis pas très bien ce que cela veut dire (car finalement, le simple fait d'essayer de guérir, voir des médecins, etc, est une tentative de contrôle... non ?)
Pour ce qui est de penser, j'ai essayé de faire de la méditation, et je fais du yoga, et je n'arrive pas à arrêter de penser à tout un tas de choses parasites. Idem quand je suis avec mon chéri, quand il m fait des câlins je n'arrive pas à empêcher ces fameuses "pensées parasites" qui n'ont rien à faire au milieu d'un rapport sexuel, type liste de course, ménage, collègues, famille, etc.
Je suis très anxieuse, aussi.

En bref, ce serait bien que je réussisse à "lâcher prise", en effet !
Comment faire ? comment faites-vous ?

Essayer de focaliser ma pensée sur un élément précis (type médication)... je n'y arrive pas.
La relaxation... bof bof, le corps se détend mais mes pensées vagabondent, et le corps se retend aussi sec. En fait, rester immobile ou "inactive" me gonfle....
Le sport... ça va un peu, mais ce n'est pas fabuleux (et je ne peux pas le faire quand j'en ai besoin)
J'ai tenté des trucs un peu plus extrême comme la privation de sommeil (= être tellement épuisée que mon corps et mon esprit sont obligés de se reposer), mais ça ne marche pas non plus.
Manger moins... (pour au moins supprimer la bouffe de mes pensées parasites...)... bof.
Je vais bientôt commencer l'hypnose, j'aurai peut-être une réponse.

Mais vous, vous faites quoi pour atteindre ce fameux "lâcher prise" ??
_________________
Vestibulodynie depuis 2012, en traitement depuis 2014
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 03/01/2016 22:20:52    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Spika
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2015
Messages: 147

MessagePosté le: 03/01/2016 23:27:28    Sujet du message: Le "lâcher prise" Répondre en citant

Ah ! Je me retrouve tellement dans ce que tu dis. On m'a très souvent dit qu'il fallait que je lâche prise, je voulais toujours faire bien, quitte a m'auto-bouffer. Bref, je suis vraiment"tombée" assez bas l'année dernière pour que ma vie prenne un sens nouveau et que j'arrête de me battre contre certains moulins par ...manque d'intérêt. Je crois qu'on lâche prise quand on accepte pleinement qui on est. Le corps se relâche quand il prend connaissance du sol sur lequel il repose. Je crois qu'il faut aussi accepter les choses et les gens comme ils sont, ni essayer de se protéger des coups ( que les autres assenent parfois par colère, tension, mal être) sans pour autant tout prendre sur soi. Arrêter de prévoir ce qui va se passer pour attendre de voir comment les choses se passent.
La question est longue, je pense qu'il faut commencer par arrêter de se la poser. " je vais réfléchir a comment arrêter de penser"

En ce qui est de la méthode pour essayer de trouver du lacher prise; cesse donc de malmener ton sommeil et tes repas, et va prendre des cours de théâtre: genre improvisation Razz
Revenir en haut
Occa
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2014
Messages: 95

MessagePosté le: 04/01/2016 23:41:38    Sujet du message: Le "lâcher prise" Répondre en citant

Ahah, l'impro ! ce serait une super idée mais j'ose pas du tout...
Tu en fais ?
_________________
Vestibulodynie depuis 2012, en traitement depuis 2014
Revenir en haut
Spika
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2015
Messages: 147

MessagePosté le: 05/01/2016 00:05:35    Sujet du message: Le "lâcher prise" Répondre en citant

Et du coup, je ne résiste pas à l'envie de t'expliquer certains exercices, tirés de mon expérience personnelle.

A la plage - seule
La première chose à savoir lâcher, c'est le poids de son propre corps. Et trouver ce lâcher debout, les muscles tendus c'est difficile. Pour se relâcher efficacement, le corps complètement à plat sur le sol, la clef est de jouer sur l'imaginaire ou la musique. On ne peut pas mobiliser par notre propre volonté les muscles profonds de notre corps, c'est pourtant bien les plus intéressants, car ce sont les muscles de posture.
Donc allongée sur le sol, on fait jouer notre imaginaire. Plusieurs visualisations sont possibles :
- un premier scan, les yeux fermés, de toutes les parties de notre corps qui touchent le sol. puis un scan des parties qui ne touchent pas. Ensuite, on essaye de laisser aller le corps pour élargir les zones de contact avec le sol
- jouer sur les différences : ( quelque chose qui m'avait montré une grande différence d'état de corps) s'imaginer qu'on est sur un sol très fragile, au 30ème étage d'un immeuble. Que le sol risque de se rompre / Allongée au rez de chaussée, sur un sol "plein". Il y a plus de chances que le corps de détende en s'imaginant par exemple qu'il s'enfonce dans le sable que s'il s'imagine qu'il est sur du carrelage froid.

Le guide - Avec Monsieur
L'un guide l'autre les yeux fermés/bandés en le tenant par la main. Il lui fait réaliser plusieurs actions, marcher dans différentes directions, tourner sur lui même, reculer, courir. La personne qui a les yeux fermés doit faire confiance à son partenaire pour effectuer ces opérations sans appréhension, sans peur de se manger un mur. En échange le partenaire doit être d'une vigilance absolue et attentif à tout ce qui pourrait perturber celui qui a les yeux fermés.
Alternative sans le contact de la main, guidé par la voix. ( idem on peut varier les actions, faire deux pas vers la droite, se retourner, s'allonger, .. ect... )

Le pantin - Avec Monsieur
L'un est complètement allongé et doit se laisser faire, comme si son corps ne lui appartenait plus. L'autre mobilise ses membres, dans l'écoute des possibilités du corps de l'autre, en douceur, en faisant jouer les articulations. Si c'est la main qui est bougée, le coude est lâche. Si la main est lâchée par le manipulateur ( si vous êtes sur un matelas ), la main tombe --> c'est la gravité. Si la main ne tombe pas, c'est que vous avez pas réussi à lâcher le contrôle de votre corps. ( <-- Ceci ne sent pas le vécu du tout, je nie Indigné ) Possible également avec une jambe, pour jouer sur l'articulation de la hanche, le manipulateur doit ramener son centre de gravité vers la jambe ( rester très proche ) pour éviter de se faire mal au dos.
Revenir en haut
Spika
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2015
Messages: 147

MessagePosté le: 05/01/2016 00:11:42    Sujet du message: Le "lâcher prise" Répondre en citant

Citation:
Ahah, l'impro ! ce serait une super idée mais j'ose pas du tout...
Tu en fais ?


Ca me dérangerait beaucoup moins aujourd'hui. Mais pendant longtemps j'ai détesté l'idée.
En formation de danse j'ai pas eu trop le choix que de passer par certains types d'exercices qui soient passaient pas du tout, soit qui me dérangeaient profondément. Bizarrement l'impro dansée m'a jamais dérangée, bien que très révélatrice aussi, par contre parler en public c'était trop horrible.
Revenir en haut
rustine
Modérateurs

En ligne

Inscrit le: 18 Nov 2008
Messages: 5 579

MessagePosté le: 05/01/2016 09:40:03    Sujet du message: Le "lâcher prise" Répondre en citant

J'aime pas trop l'expression "lâcher prise", il y a quelque chose qui me dérange là-dedans, je sais pas si c'est approprié aux vaginiques d'ailleurs cette idée de "perte de contrôle"... Laughing
Je préfère l'expression "pleine conscience" employée par les bouddhistes qui consiste plutôt à avoir conscience du moment présent et à accorder aux pensées leur juste place.
Je travaille en ce moment sur comment lutter contre les pensées parasites et je crois que ce que j'ai trouvé de plus efficace c'est vraiment de me demander "est-ce vraiment important?".

J'adore l'impro en danse, j'en fais avec mes élèves, ça les panique totalement. Laughing
Mais même l'impro, cela s'apprend et se contrôle, faut pas croire, pour apprendre à mes élèves à improviser, je mets en place un programme d'exercices, sinon ça marcherait pas. Il s'agit bien toujours de contrôle et c'est pas si grave.
Ce qui compte c'est d'avoir l'impression d'être le maître à bord de notre corps et d'être maître de notre destin.
_________________
Memento mori.
Revenir en haut
Occa
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2014
Messages: 95

MessagePosté le: 14/01/2016 20:15:09    Sujet du message: Le "lâcher prise" Répondre en citant

Merci beaucoup pour vos réponses ! Je vais essayer les exercices, merci Spika.
Rustine, c'est drôle, pour moi le lâcher prise et la pleine conscience sont deux choses différentes (voire opposées, car finalement je vois la pleine conscience comme un contrôle absolu, et le lâcher prise comme l'absence de contrôle, mais en relisant ce que j'ai écrit plus haut j'ai mélangé les deux donc au final... je ne sais plus !)... je vais y réfléchir, ça m'intrigue ! enfin, dans tous les cas je n'y arrive pas, ahah.
La danse c'est pas du tout mon truc. J'adore regarder ! mais le faire moi-même... bof bof
_________________
Vestibulodynie depuis 2012, en traitement depuis 2014
Revenir en haut
Spika
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2015
Messages: 147

MessagePosté le: 16/01/2016 22:50:12    Sujet du message: Le "lâcher prise" Répondre en citant

Je crois qu'au contraire je comprends assez bien le concept. En fait, quand on arrive pas à "lâcher prise", on veut tout contrôler certes, mais aussi ce qui n'est pas arrivé. Peut-être que le problème de lâcher prise est justement problématique sur notre incapacité à contrôler le futur. Parce quand on arrive pas à lâcher, c'est surtout qu'on cherche à anticiper tout ce qui pourrait se passer, ou qu'on l'appréhende.
Alors comme dit Rustine la "pleine conscience" c'est accorder chaque pensée à sa place. Donc les pensées du futur au futur. Une amie m'avait expliqué les quatre accords Toltèques, et l'un d'eux dit qu'il ne faut jamais faire de suppositions. Se torturer pour quelque chose qui n'est pas encore arrivé est inutile. Ca ne sert à rien d'encombrer son présent pour des choses qu'on ne peut pas savoir avant de les avoir vécues...
Il faudrait mieux prendre le temps d'analyser et de prendre du recul sur son présent pour trouver des solutions au présent, que de se stresser sur le lendemain.

Bref, j'aime bien ton expression Rustine =)
Revenir en haut
Occa
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2014
Messages: 95

MessagePosté le: 17/01/2016 19:21:15    Sujet du message: Le "lâcher prise" Répondre en citant

Ah oui ok, je vois l'idée.
Mais comment savoir si on cherche à contrôler le futur ?
Je sais que je stresse beaucoup de voir l'état du monde (guerres, famines, injustices, intolérance, pollution, climat, etc) : je n'ai pas envie de vivre dans ce monde !
Mais de là à vouloir contrôler ?...
_________________
Vestibulodynie depuis 2012, en traitement depuis 2014
Revenir en haut
Bunny
Inoffensif herbivore

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mai 2008
Messages: 2 976

MessagePosté le: 17/01/2016 20:46:13    Sujet du message: Le "lâcher prise" Répondre en citant

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt... et un certain écho personnel car c'est aussi quelque chose qui m'a posé problème pendant longtemps.

Au final je suis plus proche de ce que dit Rustine: lâcher prise pour moi passe par la concentration, la pleine conscience et l'immersion dans le moment présent. Mon activité n'est pas la danse mais l'équitation: si sur ma selle je pense à autre chose, comme mon boulot, ma séance n'est pas fructueuse. Car je ne suis pas à l'écoute de mon cheval, d'une part. Et d'autre part, je ne m'applique pas suffisamment, je ne m'implique pas suffisamment pour que mes demandes soient claires. Mon partenaire (mon cheval) sent bien que je suis pas attentive. Donc lui non plus ne se concentre pas. Au mieux c'est moyen, au pire on fait de la m**de et je descends frustrée.
Alors que quand je m'immerge vraiment dans ma séance, que mes seules préoccupations sont ma trajectoire, mon poids du corps, la place de mes mains et l'action de mes jambes... là c'est doublement bénéfique. Mon cheval est à l'écoute, on travaille bien ensemble, et en plus je descends de ma selle l'esprit reposé par cette concentration. (Je vous laisse faire seules le parallèle avec les câlins humains, je ne veux pas mêler mon cheval à nos soucis ).

Une bonne activité pour apprendre à se concentrer pour se détendre, c'est la sophrologie: comme on est d'abord dans la relaxation active par des postures, suffit de se concentrer sur sa respiration et le geste à faire. Ensuite suffit de se concentrer sur le déroulé de la visualisation. Pas toujours facile justement mais en persévérant ça paye et c'est vraiment efficace. Pour moi bien plus que rester à me dire "Allez, détends-toi..."

Je pense que finalement les pensées parasites que tu nous décris, Occa, sont un leurre de notre esprit. Cela nous donne l'impression qu'on peut penser à tout, tout prévoir, tout anticiper... alors qu'au final on ne fait que se fatiguer pour rien. Mon esprit fonctionne mieux depuis que j'ai appris à me concentrer, d'une part. Et surtout depuis que j'ai appris à cesser de m'en faire pour des choses sur lesquelles je n'ai aucune prise. Comme la possibilité d'un accident, ce qui va se passer avec mes élèves, ou simplement comme la météo. Il pleut ? Bah il pleut, je vais mettre ma capuche. Et si j'en ai pas, je serai mouillée, voilà tout... est-ce si grave ? (à écouter sur ce thème, une jolie chanson de Jean-Jacques Goldman "La pluie" https://www.youtube.com/watch?v=GkuXL1NyXWE).

C'est une technique que m'a appris ma psychothérapeute: pousser le raisonnement jusqu'au bout. Que va-t-il se passer si... ? Souvent cela permet de constater que les conséquences de nos ratés ne sont pas si dramatiques, au fond. Donc on finit par déstresser par rapport au quotidien, et on libère des ressources pour les choses vraiment importantes. Genre oublier le sucre ? Ben on s'en passera... mais par contre faut poster le chèque pour les impôts à temps !

Pour l'état du monde, moi aussi je trouve ça stressant. Mais je fais ce que je peux: j'essaie de consommer local, pas chinois, d'économiser l'eau et l'énergie, je trie mes déchets autant que possible... j'administre un forum d'entraide , j'essaie de me montrer sympa avec les gens au quotidien et quand je peux je donne à des associations. Cela peut paraître peu, mais je me dis que c'est mieux que rien: je le redis, je fais ce que je peux. Je ne peux pas plus, alors m'en faire pour les attentats ou la sécheresse ne changera rien. Bien sûr ça me touche, mais je sais que je fais mon possible à ma modeste échelle. Donc je ne me prends pas la tête avec des problèmes sur lesquels je n'ai aucune influence, et je gère au mieux ce qui m'est accessible.

Je termine par une petite citation bouddhiste que j'apprécie: "Celui qui a peur quand il n'y a pas de raison d'avoir peur est un idiot. Celui qui n'a pas peur quand il y a une bonne raison d'avoir peur est un idiot. Les deux s'écartent du chemin."
_________________
Co-admin de ce charmant forum... Guérie et maman.
Il n'y a pas de chemin vers le bonheur. Le bonheur est le chemin.
Revenir en haut
Occa
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2014
Messages: 95

MessagePosté le: 21/01/2016 20:55:58    Sujet du message: Le "lâcher prise" Répondre en citant

Ahah je déteste la pluie... j'ai l'impression de me faire transpercer par des milliers d'aiguilles glaciales...
(sauf quand il pleut de l'eau chaude - type pluie tropicale - bien sûr)
Comment se débarrasser des pensées parasites ?...
_________________
Vestibulodynie depuis 2012, en traitement depuis 2014
Revenir en haut
Bunny
Inoffensif herbivore

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mai 2008
Messages: 2 976

MessagePosté le: 22/01/2016 08:31:27    Sujet du message: Le "lâcher prise" Répondre en citant

Pour ma part j'ai parfois du mal, encore, mais j'ai appris à détecter une certaine fatigue mentale qui fait que je pense à des tas de trucs qui s'enchaînent... et n'ont aucun rapport avec ce que je suis en train de faire.

Ce qui m'aide dans ces cas là c'est souvent une cure de magnésium (j'ai tendance à en manquer) et sinon des exercices de sophrologie. Je ne dis pas que c'est la panacée pour tout et tout le monde, mais sur moi ça marche très bien ! J'ai fait une dizaine de séances assez suivies, et ça m'a appris à visualiser des images positives. Plus efficace pour moi que de simplement me dire "faut pas que je pense"...

Une activité qui demande de la concentration, ça marche bien aussi (d'où le succès actuel des coloriages anti-stress à mon avis). Une autre façon c'est de se concentrer sur ce qu'on est en train de faire, quoi que ce soit. Je vais reparler cheval: quand je le brosse, je me concentre sur ma brosse, la sensation sous mon autre main, j'observe pour voir s'il n'est pas blessé... et ça fait du bien à mon petit cerveau ! On peut faire de même quand on cuisine ou qu'on fait de la couture... ou un sport comme le tir à l'arc. Ensuite on peut transposer cette concentration dans des situations plus statiques, et comme notre cerveau a pris l'habitude c'est de plus en plus facile.

Vous faites comment, les autres ?

PS: Moi non plus je n'aime pas la pluie. Mais j'ai appris à faire avec, dans un sens... puisque de toute façon je ne peux rien y changer. C'est tout le principe, et c'est pour ça que j'aime autant cette chanson. Pour moi "Autant apprendre à marcher sous la pluie, le visage offert", ça signifie qu'on a compris que pour avancer dans la vie on ne peut pas toujours se protéger et qu'il faut accepter un risque.
_________________
Co-admin de ce charmant forum... Guérie et maman.
Il n'y a pas de chemin vers le bonheur. Le bonheur est le chemin.
Revenir en haut
MusikOlique
Nouveau membre

Hors ligne

Inscrit le: 19 Jan 2016
Messages: 18
Localisation: 37

MessagePosté le: 22/01/2016 11:00:05    Sujet du message: Le "lâcher prise" Répondre en citant

Bonjour, je me permets une incrustation dans ce sujet ^^

Haa le lâcher prise ! Ce n'est pas un mythe ça ? ça existe vraiment vraiment ??

J'aimerai bien connaitre ça, j'ai vécu plus de trois ans avec mon exe, que ce soit elle ou les amis, tout le monde m'en parle mais personne n'a de solutions concrètes. J'ai lu la discussion et du coup j'ai recontacté mon hypnotiseuse, il y a deux ou trois ans j'avais fait quelques séances pour un trop grand stress je suis ou j'étais une nerveuse je l'avais contacté suite à la rencontre foudroyante entre ma main et le murs...

Que je le veuille ou non ma tête est envahie de pensées inappropriées au moment présent. Et pour couronner le tout ma tête adore visualiser toutes ses/ces pensées.

La sophrologie j'avais fait une séance de groupe il y a quelques années mais j'avais passée l'heure à essayer de fuir toutes ces pensées qui polluaient la séance ! résultat j'étais ressortie énervée euh normalement c'est le contraire non ??

J'ai jamais réussi à faire un truc (couture, cuisine, photographie, écouter la musique ou autres) sans avoir des pensées intrusivement inappropriées... A tel point que ces derniers temps j'ai peur car trop de pensées tuent le présent et donc bah je fais du ménage je m'épluche le doigt, je fais bouillir l'eau du thé je l'oubli et du coup j'ai failli foutre le feu à la maison ...
_________________
Renoncer serait si facile mais est-ce mon souhait ?? En aurais-je la force ??
Revenir en haut
Bunny
Inoffensif herbivore

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mai 2008
Messages: 2 976

MessagePosté le: 31/01/2016 21:36:24    Sujet du message: Le "lâcher prise" Répondre en citant

Tu devrais peut-être essayer la sophrologie en individuel ? C'est ce que j'ai fait, je n'ai jamais essayé en groupe. D'une manière générale d'ailleurs les activités de groupe c'est pas trop ma tasse de thé

Je me rends compte que plus j'y pense plus pour moi le terme de "lâcher prise" n'est pas adapté. On en parlait dans un autre sujet à propos des rapports sexuels, et quelqu'une disait qu'il lui était plus facile d'avoir du plaisir en se concentrant sur son plaisir justement qu'en essayant de ne penser à rien. On dit lâcher prise comme si ça devait venir de l'extérieur, comme s'il fallait débrancher le cerveau, alors qu'en fait pour moi c'est exactement le contraire: il s'agit de se concentrer, d'apprendre à son esprit à rester focalisé sur ce qui est important.
Après, techniquement, j'essaie de ne pas bloquer sur mes pensées parasites quand j'en ai. J'essaie de les laisser passer et de revenir à ce qui est ma préoccupation du moment: ma couture, le message que je suis en train de taper, ma trajectoire à cheval... Penser à autre chose, ce n'est pas grave en soi et c'est normal, notre cerveau fonctionne comme ça. Ce qui est fatigant c'est quand on bloque sur ce phénomène et qu'on arrive pas à le dépasser. Pour moi se débarrasser des pensées parasites c'est un peu les accepter, accepter que parfois je pense à autre chose quelques instants... et qu'ensuite je vais revenir à mon sujet central. Si je m'énerve ne me disant qu'il faut à tout prix que je pense à autre chose, ça me va pas. C'est comme un petit bruit, genre le tic-tac de la pendule. En général on ne l'entend pas, si on l'entend on n'y prête pas attention, mais si on se focalise dessus, c'est fini, on n'entend plus que ça...
_________________
Co-admin de ce charmant forum... Guérie et maman.
Il n'y a pas de chemin vers le bonheur. Le bonheur est le chemin.
Revenir en haut
Hana
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2012
Messages: 145

MessagePosté le: 24/02/2016 20:21:33    Sujet du message: Le "lâcher prise" Répondre en citant

Bunny a écrit:

Je me rends compte que plus j'y pense plus pour moi le terme de "lâcher prise" n'est pas adapté. [...]
Après, techniquement, j'essaie de ne pas bloquer sur mes pensées parasites quand j'en ai. J'essaie de les laisser passer

Je pense que c'est en ça que le terme de "lâcher prise" trouve sa pertinence.
Quand une pensée nous traverse l'esprit, naturellement on s''y accrrrrrrrooooche !!!! Et on la triture, dans tous les sens, ça frise l'onanisme mental.

Je pratique la méditation zen depuis quelques années, et quand je repense à mes débuts (les 18 voire 24 premiers mois... Et oui, faut persévérer ), c'est vraiment cette image qui me vient dans la tête : une pensée qui passe, et moi qui m'accroche, de toutes mes forces ! "Tu m'échapperas pas, pensée !" Et donc non seulement fallait que je prenne conscience que je pensais (cette première étape est déjà coton), mais en plus, cette pensée, il fallait la lâcher. Et là, je sentais que c'était dur, j'avais vraiment l'impression de mener un combat. Cette pensée je n'avais qu'une envie, c'était la suivre, mes doigts s'y agrippaient désespérément !
Bref, je me souviens qu'en sortant du dojo, j'avais passé 1h sans bouger le cul posé sur un coussin, mais j'étais aussi K.O. que si je venais de faire un match de boxe.
Du coup, le terme de "lâcher prise", perso il me parle bien.
"Lâcher prise", c'est lâcher la pensée à laquelle je m'agrippe, là, que je ne veux pas laisser échapper. Donc laisser passer. Donc me consacrer à nouveau entièrement à la tâche que je suis en train de mener. Donc vivre dans l'instant présent.
C'est comme ça que je le vois, et comme ça que je fais le lien entre "pleine conscience" et "lâcher prise".

Par contre il ne s'agit pas non plus de fuir (d'ailleurs en fuyant on reste dans le contrôle). En zazen on nous dit de laisser passer les pensées "comme les nuages dans le ciel". Qu'il y ait du soleil, de l'orage, le nuage passe, sans s'attarder, mais sans se presser non plus.

Je rejoins Bunny, penser, c'est normal. D'ailleurs, pour revenir à la méditation, on croit toujours qu'il ne faut "pas penser", c'est complètement faux ! La méditation, ça consiste "juste" à laisser passer. Les pensées surgissent naturellement, on ne peut rien y faire (tant qu'on ne s'appelle pas Bouddha en tout cas)

Après, ça ne fait pas tout non plus. Je reste quand même avec un sacré besoin de contrôle. Mais c'est sûr que quand je commence à anticiper, à prévoir, parce que c'est dans ma nature de toutes façons, j'en prends conscience plus facilement, et je prends vite conscience aussi que ça ne sert à rien. C'est en ça que ça m'aide, j'imagine.

Bon par contre, comme je l'expliquais plus haut, il ne m'a pas suffi de me dire "tiens, je vais essayer de vivre davantage en pleine conscience" pour que ça fonctionne. C'est un vrai entraînement de l'esprit, de nouvelles habitudes à prendre, faut se discipliner un peu. Ce qui peut sembler paradoxal car finalement pour être moins dans le contrôle il faut apprendre à discipliner son esprit (ce qui peut faire penser à de l'hypercontrôle justement).
Revenir en haut
Occa
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 16 Fév 2014
Messages: 95

MessagePosté le: 07/03/2016 20:19:16    Sujet du message: Le "lâcher prise" Répondre en citant

Oui c'est terrible ces pensées parasites. J'y pensais justement l'autre jour : dès que je suis contrariée par quelque chose ou quelqu'un, que j'ai une conversation déplaisante, j'y repense et repense et je ressasse et ressasse. Bizarrement, ça ne m'arrive jamais avec les situations plaisantes ! dommage !
J'ai l'impression que parfois, je n'ai pas trop de mal à écarter ces pensées, mais souvent, je n'y arrive pas (plus la contrariété est grande et plus ça me bouffe). Alors bon, passer le weekend à penser au collègue Untel qui a dit que "...", c'est pas terrible.
Un autre truc, c'est que même si j'essaye de faire des efforts pour lâcher tel ou tel truc, je côtoie toujours des gens qui cherchent à exercer un contrôle absolu sur eux-même, les autres ou les deux. Quand c'est eux-même, à la limite, c'est leur problème, mais quand des gens cherchent à me contrôler, ça me fait sortir de mes gonds !...
Et je ne peux pas éviter ces gens, parce que finalement tout le monde est un peu comme ça (moi y compris).
Et du coup, Hana, comment as-tu fait pour apprendre à ne plus t'accrocher à ces pensées ? tu t'obliges à penser à autre chose ?
Qu'est-ce que c'est, la vie en pleine conscience ?
J'aime bien l'image des nuages, mais justement j'aime bien les suivre des yeux, ahah
_________________
Vestibulodynie depuis 2012, en traitement depuis 2014
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 07/12/2016 13:28:53    Sujet du message: Le "lâcher prise"

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM Vaginisme et Vulvodynies Index du Forum -> Vestibulodynie -> Vos méthodes de guérison. Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com