FORUM Vaginisme et Vulvodynies Index du Forum

FORUM Vaginisme et Vulvodynies
Le vaginisme et les vulvodynies sont des maladies taboues qui touchent les femmes. Douleurs lors des rapports sexuels ou pénétration impossible ou douloureuse, venez nous rejoindre ! Soutien, exercices... Tout pour s'en sortir !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 





 Bienvenue ! 
L'association Les Clés de Vénus propose des rencontres à divers endroits. Formulaire à remplir et affaire à suivre ici: http://forum-vaginisme.xooit.com/t3591-Les-rencontres-organisees-par-l-association.htm?start=20#p249964
Mère toxique
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM Vaginisme et Vulvodynies Index du Forum -> Vaginisme -> Les causes de votre vaginisme.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tikokeliko



Inscrit le: 15 Mai 2008
Messages: 14 823

MessagePosté le: 26/04/2011 10:49:52    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

Revue du message précédent :



Oh là là là !

Oui mère hyper ultra toxique !

Les questions précises sur ta sexualité, tes pratiques, c'est très malsain également...

Que faire contre ce vaginisme, que tu as bien analysé comme une protection ?

Il y a la possibilité d'une psychothérapie pour analyser cette relation justement...

Mais il faut pas oublier l'aspect physique. mêmes i tu sais d'où vient le problème, tes muscles ont pris l'habitude de se fermer. Il faut donc les rééduquer.

Mais là on va devenir HS. Je te conseille d'ouvrir ton topic rien qu'à toi dans la section "Vos présentations et vos humeurs", comme cela on pourra suivre ton parcours.

A bientôt !

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 26/04/2011 10:49:52    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lili465
Nouveau membre

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2011
Messages: 5

MessagePosté le: 26/04/2011 20:50:29    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

bonjour,

Merci pour ta réponse !
J'ouvre donc mon propre post !

A bientôt
Revenir en haut
Lizzy
Confirmé(e)

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2012
Messages: 464
Localisation: Île-de-France

MessagePosté le: 13/12/2012 16:33:19    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

Sur la recommandation d'Aghate, j'arrive sur ce topic qui semble être inactif depuis un moment, donc je le relance ! :W

Alors pour commencer, une petite biographie de ma maman :

- L'enfant du milieu, la moins aimée. Pas aussi "importante" que son frère aîné (l'héritier mâle de la famille, tout ça...), ni aussi gâtée que sa jeune soeur à qui on passait tous ses caprices.

- A l'adolescence, elle a subi des attouchements sexuels d'un oncle éloigné. Ses parents n'ont rien dit car ils craignaient de provoquer un scandale dans la famille.

- Après quelques relations, elle a rencontré mon père et l'a épousé à 28 ans. En réalité elle s'est mariée surtout pour fuir sa famille, car selon leurs traditions on ne quitte ses parents que pour suivre son époux. Le mariage était donc la seule raison "acceptable" pour avoir son propre logement.

- Mes parents ne voulaient pas d'enfant, mais... me voilà quand même !

Et à partir de là, voici l'évolution de nos rapports mère-fille :

- Pendant mon enfance : la mère protectrice. Je me souviens que ma mère était très tendre avec moi, partageait mes jeux, me consolait quand j'étais triste... C'était l'époque la plus facile, car j'étais encore sa petite fille, beaucoup trop jeune pour me trouver en conflit avec elle. Elle s'est séparée de mon père assez tôt (mais ils ont continué à vivre sous le même toit pour des raisons financières) et je pense qu'elle a reporté sur moi toute l'affection qui lui manquait dans sa vie sentimentale. Elle est ensuite tombée amoureuse d'un homme qui était déjà marié et qui vivait dans un autre pays, et je suis devenue malgré moi la confidente de ses peines de coeur.

- A partir de mes 14-15 ans : la mère soupçonneuse. Je grandissais, beaucoup trop vite à son goût. Elle avait peur que j'aie des mauvaises fréquentations, et pour compenser, elle s'est mise à me surveiller sans cesse, à m'interdire de fermer la porte de ma chambre, à me téléphoner dix fois d'affilée lorsque je sortais avec des amis...

- A partir de mes 17 ans : la mère-obstacle. J'entrais à l'université, je découvrais enfin le monde, elle avait peur que je m'éloigne d'elle. Sur les conseils de mes professeurs, j'ai envisagé de partir un an à l'étranger dans le cadre de mon cursus (j'étais étudiante en langues), mais ma mère a fait une crise de nerfs à l'idée de me voir partir. Je suis donc restée. A 20 ans, j'ai rencontré mon premier amour, j'ai essayé d'en parler à ma mère. Elle m'a défendu de sortir avec lui, disant que j'étais trop jeune et que je ne le connaissais pas assez. J'ai alors fréquenté mon premier petit ami en cachette, et par la suite je n'ai plus jamais parlé de ma vie amoureuse à ma mère.

- A partir de mes 21 ans : la mère furieuse. J'en avais marre d'être infantilisée, je me suis mise à chercher un studio car ce n'était plus possible de cohabiter avec elle. Je voulais vivre ma vie sentimentale sans avoir besoin de me cacher. Plusieurs disputes violentes avec ma mère, qui me reprochait de vouloir être indépendante (un défaut selon elle) et qui m'affirmait que je serais incapable de me débrouiller seule. J'ai tenu bon et je suis partie.

- Quelques mois plus tard : la mère résignée. Finalement ma vie d'indépendance se passait bien, j'avais trouvé un emploi, je savais gérer les questions administratives. Ma mère a été obligée de reconnaître que je me débrouillais bien. Et elle a cessé de vouloir me contrôler. Mais parfois je culpabilise, parce que je sais qu'elle est terriblement seule. Elle avait construit sa vie autour de moi, et maintenant que je suis partie, elle n'a plus rien à faire. J'aimerais lui dire de vivre sa vie, mais ma mère est très méfiante lorsqu'il s'agit de se faire de nouveaux amis, de sortir ou de pratiquer des loisirs. La plupart du temps, elle rentre directement chez elle après le travail et elle se détend devant la télévision. Elle est toujours très joyeuse quand je lui rends visite... mais du coup ça me fait me sentir mal lorsque je ne trouve pas le temps d'aller la voir pendant une certaine période.

Bon, je m'arrête là, sinon je vais me mettre à pleurer et vous en aurez marre de lire mes pavés :W

Les nouvelles venues, n'hésitez pas à poster vos propres témoignages, j'ai l'impression de trop raconter ma vie Laughing
_________________
Guérie en Novembre 2013 !
Revenir en haut
Aghate
ZeWallace&GromitBlues

Hors ligne

Inscrit le: 01 Aoû 2007
Messages: 7 059
Localisation: en direct des studios Aardman

MessagePosté le: 13/12/2012 19:45:10    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

Au moins tu as bien conscience du fait que ta maman est un peu "envahissante".
Dans ces cas-là, dur d'être enfant unique, tu dois avoir l'impression que tout son bonheur pèse sur tes petites épaules Beuh

_________________
Agat Ze Blues
23/12/2009 j'ai cassé le schéma!
Revenir en haut
tourterelle
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2010
Messages: 1 263

MessagePosté le: 14/12/2012 13:07:33    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

Je reconnais ma mère dans presque toutes les réponses :/ Idem elle déteste les hommes, des êtres mauvais, dangereux, qui lui ont fait du mal (mais elle ne dit pas quoi donc j'ai grandi avec une peur diffuse d'un danger inconnu). Mon premier copain lui "a pris sa fille". Ma mère a tjs été controlante, suspicieuse, persuadée qu'on lui ment ou qu'on lui cache quelque chose. Petite j"ignorais que c'était de la parano. Résultat j'ai passé des années à tenter de lui démontrer que je ne cachais rien, parfois bien énervée, ce qui créait des conflits. Je me suis adaptée à toutes ses demandes pour avoir la paix. Je n'ai pas amené d'amies chez moi pour éviter qu'elles ne soient interrogées sur leur vie, la situation de leurs parents, leurs notes en classe, etc. Un copain n'en parlons pas c'était complètement impossible, tout comme sortir en soirée.


Lizzy : quasiment le même cheminement ! Idem ma mère a vécu à travers ses enfants et s'ennuie, cherche à savoir ce qu'on fait, qui on voit, croise ce qu'elle arrive à savoir entre moi et ma sœur pour vérifier ; mon frère qui vit encore chez mes parents (il est resté dépendant d'eux, elle est parvenue à le casser ) est surveillé comme un bébé à 31 ans. Un jour elle m'a téléphoné pour me dire qu'elle avait trouve "des choses affreuses sous son lit" (car elle faisait son lit ). En fait de choses affreuses c'était une revue de charme - ce qui ne me semble pas catastrophique dans la chambre d'un jeune homme célibataire.

Quand j'ai débuté ma dépression en juin 2011, la première chose que la psy m'a dit c'est : "coupez les ponts x semaines avec votre maman, elle vous harcèle et vous prend votre énergie vitale". J'ai eu peur, je l'ai fait, j'ai même coupé le téléphone pendant plusieurs semaines. Je n'avais jamais pris conscience de cette vampirisation. Pour moi c'était normal d'écouter ma mère, de me justifier, de répondre à ses questions insidieuses, d'être jugée, de la recevoir ou de la voir quand elle le décidait, de la suivre au resto manger ce qu'elle voulait, etc. Là j'ai appris à mieux la gérer, à comprendre ce qu'elle vit aussi et à poser mes limites. Ce n'est pas parce qu'elle a des difficultés qu'elle a le droit de m’empêcher de vivre. L'enfant n'est pas un prolongement du corps de la mère même si la mère n'est pas parvenue à le comprendre. Là elle s'est tournée vers ma sœur pour se plaindre, chercher des solutions qu'elle rejettera toujours, parler des morts du village, bref entrainer l'autre dans son mal être pour ne pas se noyer seule.

A présent je suis libérée, j'en ris même lorsque , cherchant à vérifier une info, elle s'embrouille elle même et donne la réponse qu'elle attend Laughing

Je recommande le livre "Parents toxiques" de Susan Forward. Il m'a bien aidé à comprendre ce qu'est un rapport malsain avec ses parents et comment se défaire d'une relation toxique.
Revenir en haut
Lizzy
Confirmé(e)

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2012
Messages: 464
Localisation: Île-de-France

MessagePosté le: 18/12/2012 14:33:08    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

Tourterelle, tu es sûre qu'on n'a pas eu la même mère ? :W C'est fou, en lisant les témoignages ici, je me rends compte qu'on a presque toutes eu le même modèle de relation mère-fille... Pendant une période, je croyais que c'était la cause de mon vaginisme, mais finalement je n'en suis quand même plus très sûre, car ma meilleure amie a une mère exactement comme les nôtres, et elle n'a pourtant jamais eu de problèmes dans sa vie sexuelle. Donc peut-être que le souci ne vient pas directement de nos mères, mais plutôt de la manière dont on réagit face à leur présence (souvent envahissante)...

Et l'anecdote concernant ton frère de 31 ans ne me surprend pas : le frère et la soeur de ma mère, qui ont tous les deux autour de 50 ans, sont encore traités comme des bébés par mes grands-parents ! Ils ne savent pas effectuer les tâches ménagères ni gérer leurs papiers administratifs, ce sont leurs parents qui font tout à leur place. Ma grand-mère dit que pour elle, c'est une preuve d'amour de s'occuper de ses enfants même lorsqu'ils sont adultes. Cependant à force de les choyer, elle les a rendus complètement immatures et dépendants d'elle ! Parfois elle refuse les invitations de ses amis, sous prétexte que "mais ma fille est souffrante et je ne peux pas la laisser toute seule à la maison" (alors que ma tante a 48 ans...) Bref, je descends d'une longue lignée de mères-poules ! Laughing

Le terme que tu emploies, "vampirisation", me frappe particulièrement car c'est aussi l'impression que j'avais avec ma mère, à l'époque où elle cherchait encore à me contrôler. Je me sentais lasse, vidée, saturée, à force de subir ses questions soupçonneuses tous les jours. Elle voulait tout savoir de mes fréquentations et de mon emploi du temps, je me sentais toujours obligée de me justifier, alors que je ne faisais rien de mal. J'éprouvais aussi un profond sentiment d'injustice car plusieurs de mes camarades de classe fumaient, se droguaient, consommaient de l'alcool etc... et pourtant leurs parents ne disaient rien. Moi j'étais toujours sage et ma mère trouvait quand même le moyen de se plaindre de moi, comme si j'étais la pire adolescente du monde :-(
_________________
Guérie en Novembre 2013 !
Revenir en haut
tourterelle
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2010
Messages: 1 263

MessagePosté le: 19/12/2012 12:59:59    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

J'en avais discuté avec la psy. En fait un enfant n'a comme premier modèle que ses parents et leur fait une confiance infinie. Il ne peut pas comprendre, imaginer qu'ils se trompent ou sont malsains. Avec pour conséquence des habitudes de pensées, de comportements, qui s'installent jeune. Ensuite normalement l'enfant a d'autres modèles : d'autres adultes (son instituteur par ex), et à l'adolescence il se confronte aux idées de ses parents et devient indépendant. Sauf si les parents n'arrivent pas à passer cette étape ! Alors conditionnement dans l'enfance + culpabilisations, reproches, etc à l'adolescence, + chantage affectif (car nos parents imparfaits on les aime), et nous sommes perdus.

D'un autre côté je m'interroge aussi sur pourquoi certains s'en sortent et d'autres pas, et sur la résilience. Je pense que c'est le caractère, le choix qu'on fait de vivre qui fait la différence. J'avais un collègue qui comme ta soeur est chez ses parents à presque 50 ans (car le premier fils est mort tôt donc il se sentait obligé de rester avec eux). Il râle souvent sur eux mais il peut conserver tout son salaire, maman lui fait ses tartines, change son lit, etc. Donc il y trouve aussi son compte. Car rien ne l'empêche de les bousculer un peu pour prendre son indépendance et rencontrer une femme. Mon frère a tjs été insécurisé, pleurnichard, avec le sentiment d'être nul. C'est encore le cas aujourd'hui alors il n'a pas pu ou pas voulu se battre pour échapper à ses parents auxquels il tient bcp (Il m'a reproché à moi d'être partie et ne veut plus me voir depuis d'ailleurs). Il n'est pas heureux mais ne fait pas le pas de consulter ; il se tourne plutôt vers les jeux vidéos, la drogue douce, l'alcool... C'est plus facile aussi que d'affronter ses difficultés. Je ne juge pas attention mais je pense vraiment que ça dépend aussi des gens. Et aussi que pas mal de choses se transmettent. Tu le dis très bien d'ailleurs en expliquant que dans ta famille on ne quitte ses parents que pour se marier. Alors que rien n'oblige les gens à respecter cette règle, chacun la respecte, sauf toi qui devient un traitre, d'où les reproches Déçu C'est pourtant toi qui a raison de choisir de suivre ta route et pas la leur.

Mais pour moi c'est en partie ma famille et la façon dont ils m'ont appris à voir la vie (comme une victime, comme quelqu'un qui s'écrase devant les autres qui décident) qui m'ont conduit à la dépression. Je commence seulement à me rendre compte que ce n'est pas ma route, que je n'ai rien construit - Comment aurais-je pu ? La critique des parents est la plus difficile à gérer je trouve. Par contre j'essaie de ne pas les juger trop forts puisque eux même n'ont pas été libres mais conditionnés par leur propre famille .. Mais je ne dis pas trop de ma vie personnelle, de mon parcours, ça m'évite des discussions.

Pour la petite histoire j'ai une amie dont les parents lui ont dit un jour : "soit tu quittes ton ami, soit on coupe les ponts avec toi Shocked " - Elle a quitté son ami et est restée des années célibataires sans souhait d'avoir un copain. A présent l'amour lui est tombé dessus sans faire exprès et bien elle le cache à ses parents à presque 50 ans .. Parce qu'elle aime ses parents malgré que son père soit un patriarche dictateur qui épuise aussi son épouse et malgré leur précédent chantage affectif.
Revenir en haut
Lizzy
Confirmé(e)

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2012
Messages: 464
Localisation: Île-de-France

MessagePosté le: 20/12/2012 14:27:34    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu dis, concernant l'aspect déterminant du caractère de chaque personne. On peut avoir des parents envahissants, mais c'est notre personnalité qui permet d'atténuer ou d'amplifier leur influence sur notre vie. Certains choisissent de prendre leur indépendance, au risque de se retrouver en conflit avec la famille et d'endosser le rôle du "traître" pour reprendre ton expression. On devient alors le fils indigne ou la fille ingrate qui rompt avec la tradition et qui n'en fait qu'à sa tête. Mais d'autres acceptent docilement d'être infantilisés, sans doute parce qu'ils n'ont pas la force de se rebeller, mais aussi parce que comme tu le dis, ça les arrange bien ! Eh oui, rester avec ses parents, ça a aussi ses avantages. Mon oncle et ma tante, même s'ils sont traités comme de grands bébés, ça leur plaît de se faire dorloter, d'être dispensés de corvées ménagères, de ne pas avoir à se tracasser avec les factures... Et, tout comme ton collègue, ils réalisent de belles économies puisque seule une infime partie de leur salaire contribue aux dépenses de la maison.

En tout cas, je trouve qu'il y a une grande hypocrisie dans cette manière de vivre. Mon oncle, par exemple, dit souvent en parlant de ma grand-mère : "La pauvre, elle se dévoue tellement pour nous, elle fait les corvées du matin au soir, ça me fend le coeur !" Ben alors pourquoi tu ne lui donnes pas un coup de main ? C'est facile de dire que sa mère est terriblement à plaindre, mais au final il continue quand même à lui refiler toutes les tâches, parce que Monsieur n'a pas envie de s'embêter avec le ménage ou la cuisine...

Citation:
Par contre j'essaie de ne pas les juger trop forts puisque eux même n'ont pas été libres mais conditionnés par leur propre famille ..


C'est ce que j'essaie de me dire aussi... Car en réalité, les traditions ne viennent pas uniquement de ma famille proche, elles étaient déjà pratiquées par nos ancêtres. Une fois, on s'amusait à faire l'arbre généalogique et ma grand-mère me racontait les histoires de chaque ancêtre, ça m'a fait prendre conscience qu'on descendait de plusieurs générations toutes calquées sur le même modèle : des pères dominateurs et autoritaires, des mères soumises et hyper-protectrices, des enfants traités comme des petits rois... Cela explique leur sentiment d'horreur lorsque je suis partie vivre seule, et je pense que c'est aussi la source de mon vaginisme : pas facile de chercher l'épanouissement personnel (et notamment sexuel) alors que toutes mes aïeules sacrifiaient leur bien-être pour se dévouer totalement à leurs maris et enfants... Du côté de ma mère, je suis la première femme de notre lignée à vouloir du sexe pour le plaisir et non pas uniquement pour procréer. Bref, l'héritage familial est lourd à porter ! Laughing
_________________
Guérie en Novembre 2013 !
Revenir en haut
Line
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2006
Messages: 3 999

MessagePosté le: 04/02/2013 18:25:06    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

Quelque chose dans lequel je me reconnais bien :

"La « vaginique » a été la « mère de sa mère ». Elle a assumé un maternage avant d'avoir réalisé son propre processus d'individuation à l'adolescence. Elle a constitué des relations très étroites avec sa mère en même temps qu'un vide en elle-même. Elle se sait mais ne se sent pas habitée « génitalement »."
_________________
Adhérer à l'association Les Clés de Vénus...

... un bon moyen de SORTIR DE L'ISOLEMENT, d'être INFORMEE et d'AIDER !

Soyons SOLIDAIRES pour faire bouger les choses !!
Une seule adresse : www.lesclesdevenus.org


Toutes les news sur la page Facebook
Revenir en haut
Lizzy
Confirmé(e)

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2012
Messages: 464
Localisation: Île-de-France

MessagePosté le: 04/02/2013 21:10:09    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

C'est tellement exact que ça me fait presque peur ! Shocked
Je me reconnais à 100 % dans cette citation. Où l'as-tu trouvée ? Confused
_________________
Guérie en Novembre 2013 !
Revenir en haut
Line
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2006
Messages: 3 999

MessagePosté le: 05/02/2013 08:43:46    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

Moi aussi Laughing

Ici : http://www.brigittelahaie.fr/m/wiki/view/vaginisme
_________________
Adhérer à l'association Les Clés de Vénus...

... un bon moyen de SORTIR DE L'ISOLEMENT, d'être INFORMEE et d'AIDER !

Soyons SOLIDAIRES pour faire bouger les choses !!
Une seule adresse : www.lesclesdevenus.org


Toutes les news sur la page Facebook
Revenir en haut
Lizzy
Confirmé(e)

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2012
Messages: 464
Localisation: Île-de-France

MessagePosté le: 05/02/2013 10:48:48    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

Merci pour cet article très éclairant !
Je suis un peu perplexe, je me reconnais à la fois dans le vaginisme phobique ET dans le vaginisme à syndrôme fusionnel :W
_________________
Guérie en Novembre 2013 !
Revenir en haut
Aghate
ZeWallace&GromitBlues

Hors ligne

Inscrit le: 01 Aoû 2007
Messages: 7 059
Localisation: en direct des studios Aardman

MessagePosté le: 06/02/2013 16:47:47    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

J'aimerais bien trouvé un livre sur ce type de mère toxique, celle qui vous fait jouer les psy,
le lire... et le prêter à ma mère

Je vais lire cet article, merci Line.

_________________
Agat Ze Blues
23/12/2009 j'ai cassé le schéma!
Revenir en haut
Line
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2006
Messages: 3 999

MessagePosté le: 06/02/2013 19:23:22    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

J'ai lu plusieurs bouquins sur les relations mères-filles et je n'en ai aimé qu'un seul : Mères, libérez vos filles !

Après, je suppose que c'est subjectif en fonction de chaque histoire, ressenti...

Il y a le sommaire et un extrait en ligne : http://books.google.be/books?id=Zx_LYl8FNpYC&pg=PA124&lpg=PA124&dq=m%C3%A8re+lib%C3%A9rez+vos+filles&source=bl&ots=gTzkqXiWkm&sig=m5aXhxduDEi8uEsOS1jXPjVAjFc&hl=fr&sa=X&ei=354SUe3QJOLB0gW6soCoDQ&ved=0CCwQ6AEwADgK#v=onepage&q=m%C3%A8re%20lib%C3%A9rez%20vos%20filles&f=false
_________________
Adhérer à l'association Les Clés de Vénus...

... un bon moyen de SORTIR DE L'ISOLEMENT, d'être INFORMEE et d'AIDER !

Soyons SOLIDAIRES pour faire bouger les choses !!
Une seule adresse : www.lesclesdevenus.org


Toutes les news sur la page Facebook
Revenir en haut
Aghate
ZeWallace&GromitBlues

Hors ligne

Inscrit le: 01 Aoû 2007
Messages: 7 059
Localisation: en direct des studios Aardman

MessagePosté le: 09/02/2013 16:43:31    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

Lizzy a écrit:
Merci pour cet article très éclairant !
Je suis un peu perplexe, je me reconnais à la fois dans le vaginisme phobique ET dans le vaginisme à syndrôme fusionnel :W


Idem Déçu

Merci pour la référence du livre, un de + dans ma liste de livre à lire Razz

_________________
Agat Ze Blues
23/12/2009 j'ai cassé le schéma!
Revenir en haut
tourterelle
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2010
Messages: 1 263

MessagePosté le: 15/02/2013 10:57:32    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

Je ne sais plus si je le cite plus haut mais celui de Susan Forward m'a bien aidé. "Parents toxiques. Comment se libérer de leur emprise".
Revenir en haut
Woman
Expert(e)

Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2010
Messages: 549

MessagePosté le: 15/02/2013 11:01:57    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

Citation:
"La « vaginique » a été la « mère de sa mère ». Elle a assumé un maternage avant d'avoir réalisé son propre processus d'individuation à l'adolescence. Elle a constitué des relations très étroites avec sa mère en même temps qu'un vide en elle-même. Elle se sait mais ne se sent pas habitée « génitalement »."

Mais c'est fou, c'est ce que j'ai vécu !!! Et vis encore parfois !! Beuh
_________________
Revenir en haut
Lola Chiquita
Nouveau membre

Hors ligne

Inscrit le: 14 Fév 2013
Messages: 17

MessagePosté le: 20/02/2013 20:49:07    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

S-tel a écrit:

Mais je pense quand même que c'est un peu de sa faute si j'suis comme ça. On a jamais parlé "mecs" elle s'est jamais trop interressée à mes histoires de coeur, a part pour critiquer. La première fois que j'ai eu mes règles, elle m'a trop rien expliqué, elle m'a filé ce qu'il fallait et puis point! Le pire c'est quand je lui ai dis que je voulais prendre la pillule, elle m'a répondu "Demande-en une qui ne fait pas grossir!"

En fait je pense qu'elle est maladroite, c'est son problème, et puis elle a toujours été secrète sur sa vie, elle garde tout pour elle, et moi ben, j'fais pareil.. Les chiens ne font pas de chats!!
La communication entre nous, c'est bof!! On parle de la pluie, du beau temps, des programmes TV (heureusement que la télé existe).

Si vous pensez comme moi que ma mère y est un peu pour quelque chose, ça m'interresse.

Merci pour ce topic Agathe!!



Ahlala !
Moi je suis loin d'adorer ma mère, mais pour le côté communication, je te rejoins totalement !

Comme toi, la communication avec ma mère est superficielle, on parle de la pluie, du beau temps, de la télé, de la déco de la maison, et voilà. Mais jamais des choses vraiment importantes.

Lorsque j'ai eu mes règles, je montre mon pantalon souillé à ma mère, et elle me dit "bah oui", et m'indique les toilettes en me disant qu'il y a tout ce qu'il faut dedans. Mais rien de plus !
Mes histoires d'amour, ça elle est curieuse, mais pour le côté potin. Là, je suis restée longtemps célibataire (un nouveau chéri depuis 1 mois 1/2, ce qu'elle ne sait pas), et ça lui arrive de me demander si j'ai un copain. Mais quand j'ai voulu lui parler de mes problèmes de vaginisme, elle s'est contentée de me dire "t'as qu'à mettre un coussin sous tes fesses", et elle est partie de ma chambre direct.

Comme toi, elle est certainement maladroite, mais aussi fuyante. Elle est secrète, par exemple, j'ai appris il y a 5 ans qu'elle avait une malformation rénale, et n'avait qu'un rein. Quand je lui ai demandé pourquoi elle n'avait jamais rien dit, elle m'a répondu "à ta naissance, les médecins ont vérifié, et tout allait bien, donc pourquoi en parler ?". Euh... Ben jsais pas, c'est pas rien d'avoir qu'un rein ?!
Et à côté de ça, là elle a des problèmes de santé, et elle ne fait que parler de ça, à croire qu'il n'y a rien d'autre dans sa vie.
C'est tout ou rien. Et vous savez quoi ? Je suis pareille, je fonctionne beaucoup au "tout ou rien", "blanc ou noir", j'ai beaucoup de mal à trouver le juste milieu, ou simplement les nuances de gris. Alors qu'il y en a des milliers !

J'ai commencé ma première psychanalyse en détestant mon père (qui a coupé les ponts avec nous très tôt), j'ai fini la psychanalyse en détestant ma mère.
Parce que j'ai compris que je n'étais pas sa fille, mais "sa" fille, "sa" chose, SA propriété.
Ben oui, à commencer avec mon père, puisque c'est elle qui l'a inconsciemment poussé à partir. Elle a refusé qu'il me reconnaisse à la mairie. Et après elle a voulu l'obliger à faire un test de paternité, mais s'il avait été concluant, elle aurait été obligée de me laisser aller chez lui un weekend sur deux, et ça, il en était hors de question. Donc, pas de test de paternité.

Ma mère s'est remise en couple rapidement après que mon père l'a quittée, et ça c'est toujours mal passé avec mon beau-père. J'ai compris pourquoi des années après : le couple de la maison, c'était elle et moi. Pas mon beau-père et elle. Quand j'ai quitté la maison pour mes études, les relations avec mon beau-père se sont soudainement améliorées, puisque je lui laissais la place ! Oui, elle m'a demandé si je voulais qu'il reste ou qu'il parte de la maison !
Mais avec le recul, je m'aperçois que c'est hyper gratifiant pour une petite fille d'être mise à une place d'adulte et de pouvoir prendre des décisions d'adulte. Et d'après ce que j'ai lu, je ne suis pas la seule dans ce cas. Mais à force, c'est fatigant et usant. Et les histoires d'adultes, ça ne concerne pas les enfants... Les histoires de couples, ben, ça concerne le couple, pas les enfants...

Je me suis aperçue aussi qu'elle avait une emprise incroyable sur moi, et que j'ai longtemps été, et je suis toujours, dans le rôle de la petite fille modèle. Celle qui est sage, qui ne sors pas, qui ne bois pas, qui ne désobéis pas, qui est bonne élève, qui fait le maximum pour être indépendante financièrement parce que sa mère est fauchée...

Pendant toute mon adolescence, elle n'a pas arrêté de critiquer mes fesses, assez proéminentes, en me disant "je sais vraiment pas de qui tu tiens ces grosses fesses" (ma mère est maigre, trop maigre), du coup, je suis complexée ET persuadée d'être grosse. Et vous savez quelle partie de mon corps plaît le plus aux hommes ? Ma chute de hanches... Et il y a quelques mois, ma mère a eu le culot de me dire "tu as de belles formes, il faut les mettre en valeur, il faut en profiter". ><
Ou bien, elle me dit "J'ai rencontré une de tes anciennes camarades de classe, elle était toute pomponnée, tirée à 4 épingles, elle était toute mimi, et je lui ai dit que j'aimerais bien que ma fille soit comme elle, qu'elle prenne soin d'elle". Et elle me raconte ça, tout naturellement... Mais elle oublie qu'elle ne m'a jamais proposé de me montrer comment me maquiller, me coiffer, ou m'habiller de façon à me mettre en valeur...

Lorsque j'ai été diplômée, la première chose qu'elle m'a dite, ce n'est pas "toutes mes félicitations" ou "bravo", non, c'est "on a réussi". Euh... Non. J'ai réussi. Il y a ma vie, et la sienne. Nos vies sont liées, d'accord, mais elles ne font pas qu'une, hein...

Ce ne sont que quelques exemples, mais je suis convaincue que la relation avec ma mère est toxique... Et je suis certaine aussi que cette relation toxique a un lien avec mes problématiques actuelles, les difficultés rencontrées...
Je ne sais pas encore très bien en quoi, mais je sais par exemple que mon désir obsessionnel de maternité est lié à ça (encore une fois, je ne sais pas très bien pourquoi).

Actuellement, je ne cherche pas forcément à ne pas lui ressembler, si ce n'est pour le désir d'enfant. Il faut que j'intègre qu'un enfant, ça se fait à 2, et pas toute seule, genre je fais un enfant dans le dos au premier venu, et hop ! c'est bon ! Non non, c'est le fruit de l'amour entre 2 personnes, qui s'aiment et vont élever cet enfant ensemble. Pas comme ma mère. Et on ne fait pas un enfant pour ne pas se sentir seule. Bref.

Côté maternité, j'ai toujours voulu avoir une fille en premier. Depuis peu (2 ans, sur plus de 15 ans de désir intense d'enfant), je me dis que je serai contente d'avoir un garçon en premier. Peut-être aussi parce que j'ai maintenant un peu peur, malgré moi, de reproduire certaines erreurs de ma mère. Pourtant, j'ai réfléchi à certaines choses que je ferai si j'ai une fille (lui parler de la féminité, par exemple). Et maintenant, je crois que peu importe le sexe de l'enfant, j'en serai tout aussi contente. Mais plus le temps avance, et moins j'aurai envie d'inclure ma mère dans ce moment-là, tellement j'ai peur qu'elle soit avec mes futurs enfants comme elle a été avec moi. Et aussi parce que je sais qu'elle est de celles qui font comme elles veulent, sans s'occuper des directives données par les autres. Ex : un de mes chats mange exclusivement des croquettes du fait d'une hypersensibilité digestive. Ben quand je lui demande de le garder, elle lui donne de la boulette "matin et soir, mais juste un petit peu", et c'est moi qui galère des mois à rétablir l'équilibre digestif de mon chat. Sans compter qu'avec mon beau-père, ils ont eu un fils, mais ils l'élèvent chacun comme ils l'entendent, même si c'est en contradiction... ><

Bref. Je ne sais pas si ça ira mieux un jour !

Pour finir, un exemple de mère aliénante que j'aime beaucoup (l'exemple, pas la mère) :
Une mère achète 2 robes à sa fille, une rouge et une verte. La petite fille met immédiatement la robe rouge et va se montrer à sa mère, qui lui répond "ah, je le savais, tu n'aimes pas la robe verte". La petite fille retourne dans sa chambre, enlève la robe rouge et met la verte, puis retourne voir sa mère, qui lui répond aussitôt "ah, je le savais, tu n'aimes pas le robe rouge". La petite fille, désespérée, retourne dans sa chambre, enfile la robe rouge par dessus la verte, et retourne voir sa mère qui lui dit "Mais c'est pas possible, tu vas me rendre complètement folle"...

Revenir en haut
topo
Confirmé(e)

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2011
Messages: 367

MessagePosté le: 09/05/2014 23:46:46    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

Oh non, j'avais écrit un super long message et mon ordi s'est éteint...! Je retente.

Petit historique familial féminin.
Mon arrière-grand-mère est morte en mettant ma grand-mère au monde.
Ma grand-mère, dont le père était militaire (donc rarement là) et est mort peu après, a été élevée par sa grand-mère et ses tantes maternelles, qui la rendaient responsable du drame.
Mariée à mon grand-père, un homme plus âgé, que je n'ai pas connu mais que je tiens pour un sombre connard (je ne suis pas censée le savoir évidement, vive les tabous, mais une de mes tantes en a marre des secrets familiaux et m'a confié qu'il lui avait fait subir des attouchements ; comme il a eu 4 filles, je ne vois pas pourquoi il ne s'en serait pris qu'à la 3e et je pense donc que ma mère l'a subi aussi).
Ma mère est l'aînée. En conflit depuis toujours avec sa mère ; elles ne se parlent plus depuis une quinzaine d'années. Ma grand-mère voudrait bien, mais ma mère, dès que j'évoque ma grand-mère, débite toutes les insultes possibles. Elle est pétrie de rancoeur.

Ma mère, maintenant. Elle m'a eue à 36 ans (parce que c'était là ou jamais) et je suis son seul enfant. Elle ne m'a jamais montré d'affection et quand j'ai évoqué le "souci", elle m'a toujours répondu la même chose, à savoir que "j'ai jamais rien eu donc je peux pas donner, c'est comme ça".
D'aussi loin qu'il m'en souvienne, elle m'a toujours vue comme une sorte de rivale, apparemment sur le plan intellectuel mais je pense que ça va plus loin. Elle a trois façons de s'exprimer : râler - cancaner - critiquer. Quand au bout d'un moment je perds patience de l'entendre dire que rien de va jamais, elle me répond systématiquement "de toutes façons on peut jamais parler, ça vole pas assez haut pour vous les G (mon nom de famille, celui de mon père, donc)". Voui, car je n'existe pas en tant que personne.
Autre exemple : quand j'étais ado, elle parlait des ados en général en me disant "vous êtes tous irrespectueux", "délinquants" et j'en passe. Je précise que j'ai toujours été hyper sage, première à l'école etc. D'ailleurs, quand j'ai eu mon bac, toutes mes notes étaient entre 15 et 19, sauf eps où j'ai eu 13 et histoire-géo où j'ai eu 9. Réaction de ma mère : "bah dis donc, c'est pas terrible en histoire-géo".
Aujourd'hui, le paradoxe est le même : d'un côté j'ai toujours l'impression que je suis sa mère et pas l'inverse (elle ne m'appelle que pour se plaindre, ne me demande jamais comment je vais et centre tout autour d'elle ; si jamais j'évoque qqch, elle me coupe systématiquement en me disant "non mais attends, qu'est-ce que tu crois, moi c'est pire" ; enfin, surtout, je suis là pour l'écouter geindre et ne surtout pas exister). Et d'un autre côté, elle ne m'a jamais traitée en adulte. Par exemple, quand j'étais étudiante, elle attendait qu'on soit en public pour me demander si je voulais quelque chose "pour mon goûter" ; il y a trois ans (j'avais 27 ans!) on va visiter un musée, elle demande si je n'ai pas droit à une réduction ; ou encore avant-hier. J'ai eu 30 ans et elle m'a offert un truc gentil : elle a fait un album avec écrit en titre "de 0 à 30", et des photos des gens et moments importants. En tout cas, c'est l'idée... Sauf qu'il n'y a pas une seule photo de moi passé mes 10 ans.
Quant à son rapport à mon "moi sexué", si je puis dire, c'est compliqué aussi. Je me rappelle bien le jour où j'ai eu mes règles. C'était le jour où je fêtais mon anniversaire, mes 11 ans. Je savais ce que c'était, n'étais pas paniquée, juste embêtée que ça tombe si mal. Je "montre" à ma mère. Réaction : "oh là là, déjà! Et quand tu auras 13 ans et demi tu vas coucher avec des mecs!". Je me rappelle parfaitement cette phrase, je m'étais vraiment dit, ma mère est tarée, c'est pas possible de dire un truc pareil à son enfant. Sinon, je crois qu'elle est ultra jalouse que je puisse avoir une vie sentimentale. Quand j'ai été quittée il y a un an et demi, c'est terrible mais je crois qu'elle était contente, comme si on allait partager la même vie solitaire et déprimée contre le monde entier.
Enfin, d'une manière générale, je n'existe pas. Quand je parle, elle balaie ce que je dis, en me coupant la parole, en raccrochant au milieu de ma phrase sans que je m'y attende, ou en critiquant systématiquement et surtout, en cherchant à créer une complicité s'il y a quelqu'un d'autre. Ce qui généralement, fort heureusement, tombe à plat : les gens se disent non mais elle ne va pas bien celle-là... Ca peut se manifester de façon gestuelle aussi. Exemple à Noël, repas à trois avec mon chéri et elle. Fin du repas : "vous voulez un café?". Monsieur décline. Du coup elle se casse. Moi, hein... Même pas la peine de me demander, je ne suis pas là. Elle m'a fait le coup trois fois au cours du même repas. C'est anecdotique mais assez révélateur, me semble-t-il.
Bref, je pourrais en dire des tonnes, mais je crois que vous avez cerné le truc : ma mère a un problème, d'ailleurs je suis la dernière personne qui la support encore, et comme je suis sa fille et son seul entourage, je culpabilise si je ne la laisse pas un peu communiquer, c'est-à-dire finalement, même si ce n'est pas consciemment voulu, me faire du mal. J'ajoute que là, je l'ai vue 2 jours à peine, et j'ai eu de violents maux aux ovaires suivis de saignements, ce qui a dû m'arriver 3 fois depuis 8 ans que je prends Cérazette. Ah là là, le pouvoir de l'esprit!
Revenir en haut
Aghate
ZeWallace&GromitBlues

Hors ligne

Inscrit le: 01 Aoû 2007
Messages: 7 059
Localisation: en direct des studios Aardman

MessagePosté le: 18/05/2014 18:01:51    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

Topo, je ne sais pas comment tu arrive à maintenir le lien avec ta mère!
Plus tu mettras de la distance entre vous et mieux ça ira!
Quand je lis des témoignages comme le tien, je n'ose plus me plaindre de ma mère Razz

Pourtant je me lance. Je faisais part au téléphone à ma mère de mes derniers ennuis de santé,
entre autre, j'ai une endométriose bien "installée" et donc sans doute de grosses difficultés à tomber enceinte si je le désirais/
quand je le voudrais. Ma mère me dit: "oh làlà, comme je disais à ton père, tant pis, elle ferait mieux de tomber enceinte
et elle aurait moins de problème après"
Il est vrai que la grossesse calme l'endométriose, quand elle est possible mais est-ce que ma mère est en train de me souhaiter
de me faire engrosser par le premier venu?
Est-ce qu'elle s'imagine que ces paroles peuvent me réconforter? Mystère de la mère toxique.

_________________
Agat Ze Blues
23/12/2009 j'ai cassé le schéma!
Revenir en haut
Méla
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2014
Messages: 88

MessagePosté le: 22/10/2014 18:04:18    Sujet du message: Mère toxique Répondre en citant

Je débarque un peu et n'ai pas lu tous les messages de ce topic, mais je trouve ça incroyable le nombre de femmes atteintes de vaginisme qui ont des choses à régler avec leur mère. Bien sur moi aussi, énormément, et ce n'est pas que je pensais être seule au monde dans ce cas mais je reste quand même très surprise. Qu'est-ce qu'on peut dire sur les rapports mère-fille qui seraient en cause ou en lien avec le vaginisme ?

- surprotection de la mère
- peur de grandir et d'être une femme (issu de la fille)
- peur de perdre le statut de gentille petite fille en grandissant et en ayant des rapports sexuels
- peur de voir sa fille grandir (de la mère)
- pudisme, tabou, absence de communication ou grande difficulté, non-compréhension mutuelle

Pour ma part, si je devais trouver des liens entre ma mère et le vaginisme, je chercherai du côté de ces leviers. Vos expériences m'intéressent et m'aideront à comprendre. Quels sont vos leviers ?
Que se passe-t-il entre une mère et sa fille qui peuvent générer un blocage, un vaginisme ?
_________________
D4 : ok une fois sans douleur !
D5 : un tiers...
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 03/12/2016 22:45:51    Sujet du message: Mère toxique

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM Vaginisme et Vulvodynies Index du Forum -> Vaginisme -> Les causes de votre vaginisme. Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 5 sur 6

 

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com