FORUM Vaginisme et Vulvodynies Index du Forum

FORUM Vaginisme et Vulvodynies
Le vaginisme et les vulvodynies sont des maladies taboues qui touchent les femmes. Douleurs lors des rapports sexuels ou pénétration impossible ou douloureuse, venez nous rejoindre ! Soutien, exercices... Tout pour s'en sortir !

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 





 Bienvenue ! 
L'association Les Clés de Vénus propose des rencontres à divers endroits. Formulaire à remplir et affaire à suivre ici: http://forum-vaginisme.xooit.com/t3591-Les-rencontres-organisees-par-l-association.htm?start=20#p249964
Etre un souffre-douleur

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM Vaginisme et Vulvodynies Index du Forum -> Vaginisme -> Les causes de votre vaginisme.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lili la tigresse
Nouveau membre

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2007
Messages: 12

MessagePosté le: 14/12/2007 08:51:22    Sujet du message: Etre un souffre-douleur Répondre en citant

Salut à tous

Comme tout le monde je me pose des questions sur les causes de mon vaginisme

Durant mon adolescence, donc au moment on son corps change, ou tout change, vers 13 ans j'ai commencé a etre tete de turc cad : insultes, mencaces, humiliations, coups, etc et ça a duré 5 ans jusqu'a que je change de lycée

Hé oui mon collège et mon lycée étaient dans le meme truc

Donc voila et c'étaient surtout des garçons qui m'ont beaucoup blessés avec d paroles du style : personne voudra jamais de toi, tu devrai te suicider, t'es nulle, t moche, etc... et à cette époque je n'avait aucuns amis, j'en n'ai parlé a personne

Après avoir changé de lycée ça c arreté mais je n'ai jamais eu de copain (je c c la honte) Embarassé et g pas confiance aux hommes
Yen a ossi un qui ma touché un peu de force

C'est en essayant de mettre d tampons que je me suis apercue que rien passait, et ché la gyné co ça été l'horreur

enfin voila? G é jen né marre de la solitude et de la peur detre encore jetée à la fois a cose de tt ça é du vaginisme car la pénétration est impossible

Gné
_________________
La vie c'est comme une rose chaque pétal et un reve et chaque épine une réalité
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 14/12/2007 08:51:22    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
lili7840
Miss Duracell

Hors ligne

Inscrit le: 25 Avr 2006
Messages: 3 154
Localisation: Les Yvelines 78

MessagePosté le: 14/12/2007 09:53:43    Sujet du message: Etre un souffre-douleur Répondre en citant

Lili pourquoi la honte de pas avoir de copain ?? T'es jeune non ?? je trouve ca un peu normal que tu n'ai pas confiance en toi avec les vacheries immondes que tout ces gens t'ont balancé ... A mon avis tu as beaucoup de mal à assumer ta feminité rapport à ca et qui dit feminité sous entends sexualité. Mais tu vas t'en debarasser de ce maudit vaginisme comme nous toutes d'ailleurs.
_________________

04/11/2008 : guérie
Revenir en haut
ciaociao
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2006
Messages: 6 196
Localisation: Italie

MessagePosté le: 14/12/2007 13:11:16    Sujet du message: Etre un souffre-douleur Répondre en citant

Salut Lili la tigresse, très intéressant ton sujet. J'ai vécu un peu la meme chose en 4è au collège. Pas de coups toutefois, mais des humiliations, des insultes, en plus j'avais un an d'avance donc j'étais la "bébé" de la classe, la seule (avec une amie) à n'etre jamais sortie avec un mec, et j'en ai énormément souffert. J'ai changé de collège et, en 3è dans mon nouveau collège, tout s'est très bien passé et je suis sortie avec un garçon pour la 1è fois, puis avec trois autres dans la meme année !!!!!!!!!
Pas mal d'années sont passées depuis (j'ai 24 ans) mais quelques bribes de traumatisme sont restés: je ne suis pas à l'aise quand je passe à coté d'un groupe d'ados, je repense inévitablement à mes 12-13 ans... Je suis guérie du vagi et depuis ma guérison effectivement je me sens beaucoup plus légère, détachée, face à ce traumatisme de l'adolescence. Je pense donc que c'est intelligent de faire le lien entre ces problèmes d'ado et le vagi.
Cela dit, ça passe tu sais, avec les années, quand tu as enfin réalisé plein de trucs, tu t'aperçois que tu peux etre fière du chemin parcouru et que ton adolescence est loi derrière toi. C'est important que tu te sois rendue compte que cet épisode a été traumatisant pour toi. Maintenant tu es en train de te construire, loin de tous ces enfoirés qui t'ont humiliée, et probablement dans quelque temps ils te feront pitié tous ces cons, comme c'est le cas pour moi...
Bon courage en tout cas. Tu es sur la bonne voie! Confused
_________________
"Puisqu'il faut vivre autant le faire avec le sourire
Se dire que le meilleur est à venir
Que le pire permet de construire ce vraiment à quoi on aspire
Se dire pendant la chute qu'il y a toujours espoir de bien atterrir" (Soprano)
Revenir en haut
eryne
Traqueuse de cigogne

Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2007
Messages: 3 548
Localisation: Bretagne

MessagePosté le: 15/12/2007 11:09:58    Sujet du message: Etre un souffre-douleur Répondre en citant

Je suis surprise de voir qu'on est plusieurs sur ce forum à avoir vécu les mêmes difficultés au collège. Je n'avais pas forcément fait le rapprochement mais du coup ca fait réfléchir...
POur ma part moi aussi j'ai été la cible des railleries au collège, laide et en plus première de la classe, je vous explique pas on ne m'a pas ratée! A l'école primaire j'avais de très bons amis (enfin, je croyais), mais après quelques mois au collège, ils ont trouvé que je faisais tache dans leur groupe et ils m'ont carrément jetée (et je ne psychote pas car c'est comme ca qu'ils m'ont présenté les choses!!) et ca a été le début de la solitude... Ayant perdu toute confiance en moi, je n'ai jamais pu me refaire d'amis au collège (qui était en plus tout petit...), heureusement comme pour beaucoup le lycée m'a libérée de tout ca! Mais j'en garde encore les traces aujourd'hui, j'ai toujours peur de ce qu'on va penser de moi, aucune confiance en moi etc... Et je crois que c'est cette confiance en soi qui me manque pour guérir du vaginisme...
CEci dit, aujourd'hui j'ai des amis sur qui je peux compter, un mari adorable qui m'adore et que j'adore, et si ce n'est le vaginisme tout va plutôt bien! Donc ne t'inquiète pas LIli, tout évolue!
Et je me dis que cet épisode me permet d'être plus tolérante que bien des gens envers la différence, mas aussi d'être plus forte face à la méchanceté des autres.
_________________
En essayant continuellement, on finit par réussir.
Donc : plus ça rate, plus on a de chances que ça marche! (les shadocks)
http://groupedefemmes.weebly.com/les-copainscopines.html
Revenir en haut
rockstar
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2007
Messages: 1 075

MessagePosté le: 15/12/2007 11:45:24    Sujet du message: Etre un souffre-douleur Répondre en citant

La vache, je n'avais jamais fait le rapprochement .... Mais à mieux y réfléchir, je vois un lien !

Aussi le souffre-douleur au collège, j'étais la plus petite en taille, j'étais assez laide, première de la classe, hyper-émotive, trop mature intellectuellement, immature affectivement et physiquement (je n'ai commencé à avoir des seins qu'en 3ème).
Elue plusieurs années "fille la plus moche de la classe" ! Et véritable tête de turc de la classe, alors que je voulais juste qu'on me foute la paix ...
Il y avait même de garçon dont j'étais amoureuse depuis la 6ème, qui un jour en 4ème m'a fait savoir qu'il voulait sortir avec moi ... Pendant le cours, avant la récré, tous les gens dans la classe se marraient, mais je n'avais pas compris ... Et à la récré, on s'approche l'un de l'autre pour s'embrasser, et bam, il me repousse,je tombe par terre, et il me dit "non mais tu crois quoi? t'es trop moche, bla bla", et toute la classe qui rit ! même celles que je pensais des copines !

Au lycée, difficile aussi, j'avais un sale caractère, j'étais un peu un électron libre, et les filles populaires ne supportaient pas que je ne recherche pas leur compagnie, elles m'en ont fait baver ....



Je fais un lien, car l'an dernier, j'ai passé un an dans une école internationale, un tout petit environnement, on vivait ensemble, mangeait, étudiait, sortaient ... Et les gens m'aimaient. Ils me voyaient dans mes moments plus ou moins glorieux, mais leur affection était sincère, leurs compliments aussi.

Et c'est l'an dernier que je me suis dit : "oui, je suis jolie". que j'ai cessé de me voir comme j'étais au collège. et que je me suis dit "oui, on peut m'apprécier, on peut choisir de m'apprécier".

Et c'est l'an dernier que tout s'est débloqué !!
_________________
If you've lost your faith in love and music, then the end won't be long ...
Revenir en haut
ciaociao
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2006
Messages: 6 196
Localisation: Italie

MessagePosté le: 15/12/2007 12:27:23    Sujet du message: Etre un souffre-douleur Répondre en citant

eryne a écrit:
A l'école primaire j'avais de très bons amis (enfin, je croyais), mais après quelques mois au collège, ils ont trouvé que je faisais tache dans leur groupe et ils m'ont carrément jetée (et je ne psychote pas car c'est comme ca qu'ils m'ont présenté les choses!!) et ca a été le début de la solitude...


Un peu la meme chose pour moi: ma soit-disant meilleure amie en 4è a commencé à avoir honte de moi, et on se voyait EN CACHETTE. Genre, elle venait chez moi sans rien dire aux autres; ou bien, quand on marchait dans la rue, si on rencontrait quelqu'un du collège, elle partait devant et moi je me cachais derrière au loin... Super... Et je n'arrivais pas à m'affirmer donc je me soumettais...

Rockstar, dégueulasse le coup du mec qui t'a rejetée juste avant le bisou... Horrible... Moi une fois, une copine a demandé pour moi au mec que j'aimais s'il voulait sortir avec moi. Sa réponse: "Tu veux ma mort???" Déçu

Bref l'adolescence, quelle horreur oui. Je me demande déjà comment j'aiderai mes enfants quand ils passeront l'age fatidique (et quand ils seront nés déjà, car c'est pas le cas!!).
_________________
"Puisqu'il faut vivre autant le faire avec le sourire
Se dire que le meilleur est à venir
Que le pire permet de construire ce vraiment à quoi on aspire
Se dire pendant la chute qu'il y a toujours espoir de bien atterrir" (Soprano)
Revenir en haut
laurence
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2006
Messages: 3 423
Localisation: Le Nord

MessagePosté le: 15/12/2007 13:15:25    Sujet du message: Etre un souffre-douleur Répondre en citant

c'est effectivement intéressant les filles ce que vous racontez avoir subie pendant votre adolescence au collège !
tout le monde sait que le collège est un mauvais moment à passer et que c'est là, au moment de l'adolescence qui est une période très fragile de construction de la personnalité, qu'on garde des traumatismes parfois encrés en nous si nous sommes victimes de médisance, maltraitements etc....

j'ai 42 ans, vous voyez, je ne suis plus toute jeunette, et j'avais 13 ans dans les années 78 ! ça doit vous paraître l'âge du paléolitique mais j'ai vécu, à un degré moindre, parce que la violence était moins forte dans ces années là, aussi bien verbale que physique, qu'aujourd'hui, ce que vous avez vécu !
eh oui, j'étais une bonne élève, bien sage, qui travaillait, pas de petit copain, et j'ai subi aussi la moquerie de mes camarades de 4ème et de 3ème parce que justement, je ne leur ressemblais pas !
en 4ème, une fille a voulu carrément me casser la figure à la sortie du collège parce qu'au cours d'un match de foot entre filles, je l'avais soit-disant bousculée ! tout cela était un prétexte en fait parce que c'était de la jalousie !
à 15 ans, quand j'ai eu mon premier petit copain, dont j'étais folle amoureuse, je croisais cette fille au lycée, celle qui voulait me casser la figure !
comme elle voyait que "je sortais avec un mec", un jour, devant d'autres filles, elle m'a lancé : cette fille là, c'est une fille bien !
ben oui, comme ENFIN, je rentrais dans le rang en ayant, selon ses valeurs à elle, un petit copain, je passais du côté des FEMMES QUI S'ASSUMENT !
la bêtise humaine connaît des dimensions abyssales.
ne vous en offusquez pas.
rien ne sert de servir de bourreau ou victime à ces gens là.
il faut laisser couler ou partir. il n'y a pas de honte à quitter un collège ou un établissement où on vous traite comme moins que rien parce que vous êtes considérée comme différente.
parce que c'est ça en fait, le pb de fond : on nous juge différente. la différence c'est ce qu'il y a de plus difficile à faire accepter et à accepter, tout court, dans notre société.
Revenir en haut
laurence
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 26 Mar 2006
Messages: 3 423
Localisation: Le Nord

MessagePosté le: 15/12/2007 13:20:52    Sujet du message: Etre un souffre-douleur Répondre en citant

je précise aussi que j'en ai bcp voulu APRES à ma mère, de m'avoir laissé fréquentée pendant 4 ans, de la 6ème à la 3ème un collège populaire où j'étais montrée du doigt sans cesse et l'objet de médisance dans mon dos.
ma mère est une femme laïque, hors de question pour elle de me mettre dans un collège privé par exemple !
maintenant, je ne lui en veux plus.
tout ceci m'a fortifiée contre la bêtise humaine. mais je suis passée par des angoisses aussi.
j'ajoute qu'ayant fréquenté la fac pendant 6 ans, le temps de faire un DESS, je n'ai jamais plus eu ce genre de pb!
donc c'est bien une double question :
de milieu social et de différence que les autres ne supportent pas
d'intelligence aussi... hélas...
Revenir en haut
Suni
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2007
Messages: 1 252
Localisation: Sortie...

MessagePosté le: 15/12/2007 22:34:45    Sujet du message: Etre un souffre-douleur Répondre en citant

Tiens c'est marrant, je m'en suis pris plein la tête aussi au collège
J'ai a-do-ré cette époque de ma vie.
Me maquillait pas, je m'intéressais pas aux garçons, je parlais pas de sexe toutes les deux phrases, etc...

La question est : est-ce qu'on s'en est pris plein la tête parce qu'on était vaginique et que cela trasparaissait dans notre façon d'être, ou bien ça a joué sur le vaginisme?
_________________
La peur n'apporte que des regrets.
Revenir en haut
eryne
Traqueuse de cigogne

Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2007
Messages: 3 548
Localisation: Bretagne

MessagePosté le: 16/12/2007 00:08:32    Sujet du message: Etre un souffre-douleur Répondre en citant

De prime abord, j'aurais tendance à dire que le fait de s'en être pris plein la figure au collège m'a donné une image très négative de moi même, une absence de confiance en moi, d'où l'impossibilité de m'ouvrir aux autres et particulièrement sur ce qu'il y a de plus intime, bref d'où le vaginisme (enfin, c'est peut-être un élément d'explication...)
Mais en même temps, peut-être que je m'en suis pris plein la figure parce que je n'étais déjà pas capable de m'ouvrir aux autres car je ne m'acceptais déjà pas (un symptome du vaginisme?) et qu'inconsciemment j'ai provoqué moi-même ce comportement de rejet...
Comment savoir?!!! Gné
_________________
En essayant continuellement, on finit par réussir.
Donc : plus ça rate, plus on a de chances que ça marche! (les shadocks)
http://groupedefemmes.weebly.com/les-copainscopines.html
Revenir en haut
rockstar
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2007
Messages: 1 075

MessagePosté le: 16/12/2007 01:31:40    Sujet du message: Etre un souffre-douleur Répondre en citant

Suni et Eryne, je ne vois pas comment l'attitude au collège aurait pu être un symptôme de vaginisme.
Le vaginisme, c'est une réaction à la pénétration, pas une maladie latente qui se déclare un jour ... C'est un manque de confiance en soi initial qui peut le provoquer, mais notre malaise à l'adolescence était du ... à l'adolescence ... A moins que vous avez débuté votre sexualité très tôt, ça je ne le sais pas. On peut être mal par rapport au sexe, sans savoir qu'on bloquera. Tout le monde a du mal avec son image et sa sexualité au collège, même les plus populaires !

Enfin, bref, cette causalité me gêne, le vaginisme n'est jamais qu'un symptôme d'un malaise / blocage général.
_________________
If you've lost your faith in love and music, then the end won't be long ...
Revenir en haut
Liona5
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2006
Messages: 1 180
Localisation: quelque part dans ce bas monde

MessagePosté le: 16/12/2007 01:35:26    Sujet du message: Etre un souffre-douleur Répondre en citant

j'ose m'insinuer dans ca, meme si je ne suis pas vraiment vaginique, mais pour ma part, ce fut aussi le cas comme j'en ai deja parler sur le forum. Je ne me suis jamais senti apprecier, je croyais que mes amies avait honte de moi, que je valais rien. Je savais qu'on me trouvais laide, et pas interessante. j'ai un mon premier copain tres tard aussi, dés qu'un homme s'approchais de moi, c'etait que pour profiter,et moi, je me laissais faire, je me disais que c'est probablement la seul attention que j'aurai un jour du sex opposé. Alors j'ai pour mon dire que oui, ca la automatiquement des repercussions sur notre vie. Que ce soit dans notre facon de vivre, notre vie relationnel, ou sexuel, ca la des consequence et ca j'en suis sur...alors voila , mais bon, tu sais Lili la tigresse, je te comprend en fait. Comment etre capable de se sentir femme, de se sentir belle et desirable dans de tel situation, donc d'avoir des relations sexuelle normale....personnellement, je ne suis pas vaginique, enfin , je crois, mais ma vie sexuelle souffre quand meme enormement de tout ca.
_________________
Let me dream!
Rêver sa vie ne suffit pas...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
eryne
Traqueuse de cigogne

Hors ligne

Inscrit le: 14 Oct 2007
Messages: 3 548
Localisation: Bretagne

MessagePosté le: 16/12/2007 09:35:58    Sujet du message: Etre un souffre-douleur Répondre en citant

Coucou Rockstar, je crois que tu as sans doute raison, en fait cette mauvaise période au collège a contribué à créer ce blocage général que je ressens, dont le vaginisme est un des symptomes. Bien vu!
_________________
En essayant continuellement, on finit par réussir.
Donc : plus ça rate, plus on a de chances que ça marche! (les shadocks)
http://groupedefemmes.weebly.com/les-copainscopines.html
Revenir en haut
Suni
Fidèle

Hors ligne

Inscrit le: 12 Sep 2007
Messages: 1 252
Localisation: Sortie...

MessagePosté le: 16/12/2007 14:06:14    Sujet du message: Etre un souffre-douleur Répondre en citant

Justement, je crois que le vaginisme est un truc latent qui se déclare le jour où on tente une pénétration. Déçu

Je me base sur ma propre expérience : je me rappelle que vers 10 ans, j'ai compris comment se faisait l'acte sexuel en voyant un de mes camarades faire un signe cabalistique (pas besoin d'un dessin j'espère? Razz ) Je savais qu'il fallait se mettre nu, mais je me demandais comment ça se faisait que c'était aussi simple de tomber enceinte, ce geste m'a fait comprendre l'élément qui me manquait

Ben je suis sûre que c'est ce jour-là que je suis devenue vaginique, parce que l'idée m'avait frappé et écoeuré.

Et ça a fortement joué sur mon intégration : impossible de rester avec les copines qui parlaient de sexe, règles ou autre, se comportaient en futures jeunes femmes, je serrais fortement les cuisses et me sentais mal. Impossible de rester avec les garçons dès que j'avais l'impression qu'ils devenaient des hommes, j'étais trop mal-à-l'aise. De là, j'ai réagi en méprisant les autres (puisque j'avais des considérations plus "élevées" pensais-je), qui me l'ont bien rendu.

Ce sont pas les autres pour moi qui m'ont rendu vaginique, mais l'image que je leur ai renvoyé qui les a poussé à m'exclure, accroissant ainsi mon mal-être. C'est pas un hasard si mes rares copines étaient "asexuées" et que j'ai commencé à m'éloigner de certaines quand elles se sont intéressées aux gars de leurs classes.

Et un autre point qui me fait dire que le vaginisme est un truc latent qui se manifeste bien avant la première relation sexuelle : l'attitude que j'ai eu avec mon copain (rencontré sur internet, pour donner une idée de l'ampleur de mon problème relationnel Laughing) : on avait planifié environ 2 mois avant qu'on ferait l'amour. Ben j'ai passé 2 mois à lui dire que c'était pas possible, que ça rentrerait pas, et quand ça a foiré, ça m'a même pas surprise.
_________________
La peur n'apporte que des regrets.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 08/12/2016 08:51:52    Sujet du message: Etre un souffre-douleur

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM Vaginisme et Vulvodynies Index du Forum -> Vaginisme -> Les causes de votre vaginisme. Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com